l'agora pacifiste de agor

Expressions libres,Paix,Amour,Ecologie,Sauvegarde de notre planète,Musique
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexionPartenairesSite  partenaire  principal
NEWS
Le forum subit un lifting pour plus de convivialité A bientôt
Derniers sujets
» Danse avec moi ou Baila conmigo
Sam 23 Aoû - 21:31 par agor

» Padre Pio
Sam 26 Avr - 20:26 par agor

» Padre Aicardo Alzate
Ven 18 Avr - 18:10 par agor

» Kolibri Monsanto ennemi de l'humanité
Sam 8 Juin - 16:34 par agor

» Vivre d'amour de Sainte Thérèse de Lisieux
Dim 10 Mar - 23:06 par agor

» Claude François
Sam 24 Nov - 22:16 par agor

» Diaporama d'artistes
Mer 14 Nov - 22:35 par agor

» Paul Abraham en HD
Mer 14 Nov - 22:22 par agor

» Annie Girardot
Mer 14 Nov - 21:35 par agor

» Art mural
Sam 10 Nov - 21:56 par agor

Chanson du jour

Chaude couleur Orange par agor
La vidéo de mes amis

❦Bienvenue les Enfants de la Terre❦ par djezar
On nous manipule
Réveillons -nous !! Une vidéo régulièrement mis à jour pour vous ouvrir les yeux !!

Partagez | 
 

 La décroissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
melif'her ou dedee-cool
Dieu des Posts


Nombre de messages : 828
Age : 78
Localisation : LUDRES 54710
Date d'inscription : 25/02/2006

MessageSujet: La décroissance   Dim 8 Avr - 14:42

Ces consommateurs qui ont choisi la décroissance

ARNAUD RODIER. Publié le 07 avril 2007
Modérés ou radicaux, les décroissants font un même constat : il faut vivre autrement pour préserver la planète et remettre en question le rôle de la consommation.








.
En complément
"J'achète différemment, mais je vais aussi chez Lidl" Pour les publicitaires, une tendance comme les autres
Les décroissants pensent que la vie est plus facile quand on a moins de choses.


LA DÉCROISSANCE, c'est tendance. Limiter sa consommation pour préserver la planète, vivre autrement, pas de voiture, pas de télévision, pas de frigo. Au début des années 1970, le dessinateur Gébé avait inventé l'An 01. « On arrête tout, on réfléchit et c'est pas triste », annonçait le premier numéro. Les personnages portaient des chapeaux de paille et préféraient s'allonger dans l'herbe plutôt que de travailler huit heures par jour pour acheter des objets qui ne servent à rien. Sinon, « dans vingt ans, la fin du monde », prédisait l'image d'une Terre en pleurs. Aujourd'hui l'idée revient à la mode, au point que les publicitaires s'en emparent. Mais de quelle décroissance faut-il parler ? Décroissance soutenable ? Décroissance conviviale ? Sobriété heureuse ? Simplicité volontaire ?


La logorrhée des théoriciens laisse pantois. Les partisans de la décroissance soutenable prônent le passage d'un « modèle économique et social fondé sur l'expansion permanente à une civilisation sobre ». Ceux de la décroissance conviviale estiment que « le développement durable est l'un des concepts les plus nuisibles » et soulignent que notre « surcroissance économique dépasse déjà largement la capacité de charge de la Terre ».


Les défenseurs de la sobriété heureuse y voient un engagement pour « faire face à la puissance de la frustration programmée sous l'injonction obsessionnelle et quasi hystérique de la publicité ». Quant aux adeptes de la simplicité volontaire, ils se réfèrent aux « communautés monastiques » qui furent « les premières organisations de vie à choisir volontairement la frugalité et à pratiquer l'autosuffisance ».


Les mouvements poussent comme des champignons. Plus ou moins politisés, plus ou moins liés aux altermondialistes. Le Parti pour la décroissance, par exemple, veut « participer à la déconstruction de cette idéologie folle et irrationnelle d'une croissance et d'un développement économique sans limites ».


Pour tous un même constat cependant : si tout le monde consommait comme les Français, il faudrait trois planètes pour satisfaire la demande mondiale. Véronique Gallais est la présidente du mouvement Action Consommation, proche d'Attac. Elle n'aime pas le mot décroissance parce qu'elle le trouve négatif. Mais elle estime qu'il est nécessaire de « remettre en question le rôle central de la consommation dans la société ».


Elle a longtemps travaillé dans le commerce international, beaucoup voyagé. Aujourd'hui, elle refuse d'acheter dans les grandes surfaces, elle s'alimente dans les magasins Biocoop et ne renouvelle sa garde-robe que lorsque c'est strictement nécessaire. « À partir d'un certain niveau de confort, le surplus apporte du stress, pas du bonheur », dit-elle. Et d'ajouter : « Un consommateur responsable, c'est une personne qui se pose des questions sur les implications de son acte d'achat ou de non-achat ».


«Par peur de manquer, on accumule chez soi»


Sur Internet, les sites pullulent pour mieux économiser l'eau, l'énergie, réapprendre à s'alimenter. « Souvent par peur de manquer, on accumule des objets chez soi qui rassurent, s'entassent et finissent par encombrer notre vie comme notre tête. La vie est plus facile quand on a moins de choses », écrit Flore.


Chacun y va de ses conseils pour fabriquer sa bière, son pain, utiliser des noix de lavage du Népal plutôt que de la lessive, faire du thé avec des pointes de ronces, du chocolat avec des graines de caroube. D'autres s'interrogent non sans humour.


« Je suis décroissante depuis peu... Je fais de mon mieux pour vivre autrement, mais une question revient sans cesse : comment faire pour vivre sans électricité dans un appartement loué en pleine ville », demande Christine.


Plus radicaux, les Casseurs de pub, qui publient le mensuel La Décroissance, appellent à une « semaine sans télé » du 23 au 29 avril prochains. Ils expliquent que « si la télévision est polluante à fabriquer, à faire fonctionner, puis polluante comme déchet, elle est d'abord une terrible agression pour notre psychisme ». Ils entendent se libérer de l'automobile et du téléphone portable. Ils refusent de prendre l'avion en affirmant préférer « aller moins loin, mais mieux, à pied, en roulotte à cheval, à bicyclette ou en train, en bateau à voile, avec tous les véhicules sans moteur ». Ils boycottent la grande distribution et souhaitent « privilégier la qualité de la relation à soi et aux autres au détriment de la volonté de posséder des objets qui vous posséderont à leur tour ».


Une mode ? Une autre manière de vivre ? La décroissance peut aussi se révéler suspecte, voire dangereuse, quand certains de ses partisans, comme les adeptes de la Deep Ecology, un mouvement développé aux États-Unis dans les années 1970, professent la décroissance de l'humanité tout entière ! Rien de moins.


Cela ne doit pas être facile de vivre comme en arrière, mais, cela serait bien si tout le monde le faisait. Quand pensez-vous????????

_________________
melif'her

La vie est belle quand on veut s'en donner la peine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agor
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 1955
Age : 47
Date d'inscription : 04/03/2005

MessageSujet: Re: La décroissance   Dim 8 Avr - 19:09

MERCI dedee bisou


Cet article du Figaro résume beaucoup des sujets que j'ai posté progressivement sur le forum
iL Y A 2 ANS vous ne m'auriez jamais entendu parler de décroissance ,d'écologie ,de semaine sant télé etc etc

Une partie de ce forum est le fruit d'une prise de conscience personnelle qu'on va droit dans le mur et qu'i lest temps de ralentir, voir dans certains domaines de faire marche arrière en attendant une nouvelle technologie plus propre Wink

Où je me situe dans toutes ces notions ? Rolling Eyes

Je suis partisan d'une décroissance raisonnable sachant que l'auto suffisance n'est plus possible Il faudra conserver un minimum d'échanges de biens et d'énergie



Il est vrai qu'on entasse beaucoup trop d'objets chez soi : livres,cd,dvds,habits,bibelots etc etc

>>alors que les bibliothèques voir médiathèques se multiplient
>> Plus de vétements mais de moins bonnes qualités


Pourquoi achetez une voiture vu qu'on s'en sert en moyenne 30 mn par jour Question Beaucoup de dettes pour 30 mn de puissance,d'autonomie de déplacement Crying or Very sad

>>le covoiturage se développe,la location de voiture aussi


comment faire pour vivre sans électricité dans un appartement loué en pleine ville ?

C'est quasi impossible mais on peut réduire fortement sa consommation électrique : ampoule à basse consommation voir maintemant les ampoules à leds encore plus économique, les torches solaires ,les appareils de catégorie A ,ne plus laisser en veille de trop nombreux appareils


Par contre avant j'étais libre du téléphonne portable mais je me suis résigné à m'en procurer un dont l'usage sera très limité : je ne serais jamais un alièné du téléphonne portable ni de l'avion Wink Laughing sunny

_________________
je vous présente

http://www.meilleurduweb.com/index.php?id=107967
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La décroissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'agora pacifiste de agor :: Actualités :: Economie,développement durable,décroissance-
Sauter vers: